2020-1-01 2020-12-31

TOUR CARRÉE SAINT-VICTOR

Depuis 2014, la restauration et l'aménagement de la tour accolée à l'abside de l'église ont révélé un exceptionnel ensemble roman dans lequel se conjuguent trois supports, architecture, sculpture et peinture, offrant des vestiges d'un immense intérêt.

La tour, carrée c'est comme cela qu'on l'appelle aujourd'hui, est dédiée à saint Victor. Ce n'est pas, semble-t-il, le Victor de Marseille, martyrisé en 303 ou 304, mais Victor de Damas, un soldat martyrisé en Syrie au IIIe siècle avec sainte Couronne.

La tour est divisée en trois zones : la partie inférieure est du XIe siècle, la partie médiane est de la fin du Moyen Age et la partie supérieure ne date que du XIXe siècle. Aujourd'hui, l'intérieur de la tour accueille un véritable trésor archéologique et artistique.

Les travaux de restauration, on mit au jour, de manière totalement fortuite, un arc en plein cintre, ses chapiteaux et ses supports placés entre l'abside et la tour. Il s'agit d'un véritable arc triomphal, en pierre de taille, aux blocs de moyen appareil parfaitement dressés et liés par des joins fins et réguliers. Petit à petit, on découvre alors plusieurs détails remarquables : les colonnes qui accueillent les chapiteaux sont très élancées, plus de 4 m de hauteur, elles sont constituée de tambours annelés tous différents les uns des autres et qui semblent posés à joints vifs, certains de ces tambours conservant une partie de leur décor peint d'origine, et surtout, la colonne et son chapiteau sont totalement dégagés du mur. Au printemps 2016, le nettoyage des murs, l'enlèvement des strates d'enduit les plus récentes offrent la possibilité d'admirer également la couche picturale visible à l'intérieur de la fenêtre orientale. Assez bien conservée, elle constitue sans doute le seul témoignage encore appréciable et pertinent au plan scientifique du décor peint qui se trouvait dans la partie basse de la tour à l'époque romane.

Cette dimension clairement exceptionnelle de la découverte de Saramon apparaît aussi et surtout dans la qualité et l'originalité proprement confondante des colonnes libres. Il faut souligner le caractère unique de cette élévation dans les édifices des XIe et XIIe siècles du Midi de la France. En effet, nulle part ailleurs, on ne voit des colonnes libres aussi élancées, aussi fines, dont les tambours, tous différents, ont été montés à joints vifs sans qu'un quelconque gauchissement ou fléchissement des supports apparaisse, plus de 900 ans après qu'ils ont été mis en place et après qu'ils ont reçu un nouveau poids installé au-dessus d'eux au cours du Moyen Age !

Accès
  • Gare Ferroviaire 16.00 km
    Aéroport/Aérodrome 70.00 km
Informations complémentaires
  • Depuis 2014, la restauration et l’aménagement de la tour accolée à l’abside de l’église ont révélé un exceptionnel ensemble roman dans lequel se conjuguent trois supports, architecture, sculpture et peinture, offrant des vestiges d’un immense intérêt. La tour, carrée c’est comme cela qu’on l’appelle aujourd’hui, est dédiée à saint Victor. Ce n’est pas, semble-t-il, le Victor de Marseille, martyrisé en 303 ou 304, mais Victor de Damas, un soldat martyrisé en Syrie au IIIe siècle avec sainte Couronne. La tour est divisée en trois zones : la partie inférieure est du XIe siècle, la partie médiane est de la fin du Moyen Age et la partie supérieure ne date que du XIXe siècle. Aujourd’hui, l’intérieur de la tour accueille un véritable trésor archéologique et artistique. Les travaux de restauration, on mit au jour, de manière totalement fortuite, un arc en plein cintre, ses chapiteaux et ses supports placés entre l’abside et la tour. Il s’agit d’un véritable arc triomphal, en pierre de taille, aux blocs de moyen appareil parfaitement dressés et liés par des joins fins et réguliers. Petit à petit, on découvre alors plusieurs détails remarquables : les colonnes qui accueillent les chapiteaux sont très élancées, plus de 4 m de hauteur, elles sont constituée de tambours annelés tous différents les uns des autres et qui semblent posés à joints vifs, certains de ces tambours conservant une partie de leur décor peint d’origine, et surtout, la colonne et son chapiteau sont totalement dégagés du mur. Au printemps 2016, le nettoyage des murs, l’enlèvement des strates d’enduit les plus récentes offrent la possibilité d’admirer également la couche picturale visible à l’intérieur de la fenêtre orientale. Assez bien conservée, elle constitue sans doute le seul témoignage encore appréciable et pertinent au plan scientifique du décor peint qui se trouvait dans la partie basse de la tour à l’époque romane. Cette dimension clairement exceptionnelle de la découverte de Saramon apparaît aussi et surtout dans la qualité et l’originalité proprement confondante des colonnes libres. Il faut souligner le caractère unique de cette élévation dans les édifices des XIe et XIIe siècles du Midi de la France. En effet, nulle part ailleurs, on ne voit des colonnes libres aussi élancées, aussi fines, dont les tambours, tous différents, ont été montés à joints vifs sans qu’un quelconque gauchissement ou fléchissement des supports apparaisse, plus de 900 ans après qu’ils ont été mis en place et après qu’ils ont reçu un nouveau poids installé au-dessus d’eux au cours du Moyen Age !
    Since 2014, the restoration and development of the tower next to the apse of the church have revealed an exceptional set novel in which combine three supports, architecture, sculpture and painting, with the remains of immense interest. The tower, square that's why we call it today, is dedicated to St. Victor. It is not, it seems, the Victor of Marseilles, martyred in 303 or 304, but Victor Damascus, a soldier martyred in Syria in the third century with Saint Crown. The tower is divided into three zones: the lower part of the eleventh century, the middle part of the late Middle Ages and the upper part dates from the nineteenth century. Today, the interior of the tower houses a veritable archaeological and artistic treasures. The restoration work is brought to light, totally fortuitous, an arch, its capitals and its supports placed between the apse and the tower. This is a real triumphal arch in stone, the average unit blocks perfectly trained and linked by along fine and regular. Gradually, we then discovered several remarkable detail: the columns that host the capitals are very slender, over 4 m high, they are made of corrugated drums all different from each other and seem posed with sharp joints, some of these drums preserving part of its original painted decoration, and above all, the column and its capital are completely disengaged from the wall. In spring 2016, cleaning walls, removal of the latest coating layers offer the opportunity to admire the visible paint layer within the eastern window. Fairly well preserved, it is probably the only witness still valuable and relevant to the scientific level of the painted decoration that was found in the lower part of the tower in the Romanesque period. This clearly exceptional dimension of the discovery of Saramon also appears especially in the quality and originality properly astounding free columns. We must emphasize the uniqueness of this rise in the buildings of the eleventh and twelfth centuries in the South of France. Indeed, nowhere else, we see free columns as slender as thin, the drums, all different, were mounted with sharp joints without any warping or bending a media appears, over 900 years after that they were set up and after they received a new weight installed above them during the Middle Ages!

Prolongez votre séjour Idées d'hébergements

  • Au cœur du sud-ouest, vivez des vacances autrement en séjournant un gîte écologique ou dans une ferme traditionnelle…Nous vous proposons des hébergements insolites, proches de la nature, confortables,...

    Bons plans Hébergements éco-responsables

    <span>Bons plans</span> Hébergements éco-responsables

    Au cœur du sud-ouest, vivez des vacances autrement en séjournant un gîte écologique ou dans une ferme traditionnelle…

    Au cœur du sud-ouest, vivez des vacances autrement en séjournant un gîte écologique ou dans une ferme traditionnelle…Nous vous proposons des hébergements insolites, proches de la nature, confortables, respectueux de l’environnement situés dans une nature préservée le long de la vallée entre Gimont et Simorre.
    <span>Bons plans</span> Hébergements éco-responsables
    +